LE BLOG 

 

Les infections urinaires comprennent le plus souvent :

  • La cystite qui concerne très souvent les femmes.

  • La pyélonéphrite ; fréquemment secondaire à une cystite mal soignée. La pyélonéphrite peut être grave car elle peut détruire le rein.

Il est donc capital de ne pas négliger les cystites et la prévention de ces dernières sera nécessaire dans le cas où elles se manifesteraient de façon répété.

 

 

Le système urinaire :

Le rein est situé de chaque côté du dos, derrière les dernières côtes. Il est en forme de haricot et constitué de néphrons qui élaborent l’urine qui s’écoule en continu dans la vessie ; sorte de poche de stockage qui nous évite d’uriner en continu. Le rein purifie le sang des déchets et de certaines toxines par les urines.

 

Afin d’amener l’urine, il sort de chaque rein un uretère qui vont aller jusqu’à la vessie. De cette vessie ressortira l’uretère.

 

 

Anatomie de l’homme :

La prostate est collée à la vessie. Pour en savoir plus sur la prostate, je vous renvoie vers mon article « l’adénome de la prostate ».

 

L’urètre est très long chez l’homme, il sort de la vessie, traverse la prostate et suit toute la verge. C’est en partie pour cette raison, que les hommes font beaucoup moins de cystite que les femmes.

 

Anatomie de la femme :

Juste derrière l’urètre, se trouve le vagin et derrière la vessie se trouve l’utérus qui est couché sur cette dernière. L’utérus peut donc accentuer le besoin d’uriner, en pesant sur la vessie.

 

L’urètre de la femme est très court, ce qui justifie en partie que les femmes font plus de cystite que les hommes.

 

 

La cystite

Il s’agit d’une inflammation de la vessie. Cette pathologie est l’infection urinaire la plus fréquente.

Il existe 4 grandes familles de microbes :

  • bactéries,

  • virus,

  • champignons,

  • parasites.

Concernant les cystites infectieuses, elles sont pour 99% d’origine bactérienne.

 

Les symptômes de la cystite sont :

  • Brûlures en urinant et souvent accentué à la fin de la miction, car la vessie va se contracter davantage.

  • L’envie d’uriner tout le temps et pour faire 3 gouttes. Cela est dû à l’inflammation de la vessie qui se contracte constamment.  

  • Urines rosées, voire sanguinolentes, en cas de cystite aigüe.

Très souvent il n’y a pas fièvre, mais par contre il peut y avoir des frissons, ainsi que des douleurs ou pesanteurs pelviennes.

 

L’ECBU ou examen cytologique permet de retrouver :

  • dans la majorité des cas le colibacille « Escherichia coli »,

  • d’autres germes (Proteus, Klebsielle, entérobacter, streptocoque, staphylocoque … )

  • un excès de globules blancs (leucocytes) en présence de pu,

  • un excès de globule rouge (hématies) traduisant l’inflammation.

 

 

 

La pyélonéphrite

Il s’agit de l’inflammation du rein d’origine infectieuse qui fait suite le plus souvent à une cystite mal soignée. Les germes sont remontés de la vessie jusqu’au rein.

C’est une maladie grave car elle qui diminue l’avenir du rein qui est un organe essentiel à la vie.

 

Les symptômes qui apparaissent dans les suite d’une cystite sont : sont : 

  • de la fièvre,

  • une douleur de la région rénale,

  • des frissons,

  • une altération de l’état général.

La pyélonéphrite est souvent que d'un seul côté.

 

D’autres causes, mais beaucoup plus rares pourront être observés.

 

 

 

La cystite à urines claires

Ce sont toutes les cystites sans cause infectieuse. Il y a de l’inflammation mais sans microbe et l’on ne retrouve pas de pu dans les urines.

Le plus souvent cette inflammation est en lien avec des organes en contact avec la vessie (organes génitaux ou intestin).

 

Les symptômes sont :

  • L’envie d’uriner tout le temps, mais avec moins de brulures à la miction.

  • Fréquemment, une pesanteur pelvienne, ou de vraies douleurs.

  • La cystite à urines claires concerne principalement les femmes.

  • Les causes peuvent être :

  • un rapport sexuel,

  • une infections génitale,

  • la ménopause

  • des déséquilibres hormonaux chez la femme jeune,

  • une inflammation colique,

  • un blocage ostéopathique.

 

 

La cystite interstitielle 

Il s’agit d’une inflammation de la vessie sans cause infectieuse.

C’est une infection urologique rare, mais très handicapante, qui peut devenir chronique. On parle d’une vessie hypersensible ou hyper-réactive.

 

Les symptômes sont :

  • L’envie d’uriner tout le temps et pour certaines femmes, toutes les heures et parfois plus, jour et nuit,

  • Une pesanteur et douleurs pelvienne.

La cystite interstitielle concerne principalement les femmes.

 

Il n’existe pas d’examen précis afin d’en faire le diagnostic et à ce jour la cause de la cystite interstitielle est inconnue.

 

 

Accompagnement de la naturopathie :

Naturopathe spécialisée dans les troubles génitaux, je vous propose de vous accompagner par des conseils et techniques naturelles, afin que vous retrouviez votre confort et bien-être.

 

 

On se retrouve bientôt pour en parler ?

 

 

Le naturopathe intervient en complément de la médecine conventionnelle et n'a pas vocation à établir un diagnostic, ni de modifier ou de se substituer à un traitement médical ou psychologique.

détox du foie 

solutions naturelles constipation

SOPK naturopathie

ménopause naturopathie

qu'est-ce que le sopk

intolérance fodmaps naturopathie

intolérance au lactose naturopathie